Frédérique Longrée

DARK LIGHT
Frédérique Longrée


Qu’elle nous guide dans les catacombes ou les abysses, Frédérique Longrée éclaire les ténèbres de nos craintes, je veux dire celles de la mort et celles de l’inconnu. Ici l’âme se trouve dans le regard et la lumière dans les abîmes que ces prédatrices sans squelette, ni cerveau, ni poumon, parfois mortelles pour l’homme, illuminent. Sur ces deux territoires, elle exorcise les peurs, bannit les douleurs passées, résurrection d’elle-même, exorcisme des craintes, la vie reprend, dans le décharnement des cadavres, dans la bouture femme/méduse, elle dit « pense à moi, regarde moi, je vivrai, mais ne bafoue plus ma mémoire». Dans Frédérique se cache féérique, ses images l’affirment dans l’au-delà de la noirceur, dans la lumière de la mort.

Sont-ils en train de naître ou se réveillent-ils d’un long sommeil ? Les morts reviennent à la maison. Ont-ils chaud, ont-ils froid ? « Nous ont-ils oublié ? » disent-ils. Dans leurs regards renaissants, nous pouvons voir ce désir terrifiant de revivre après la mort, qu’ont-ils vu dans l’au-delà imaginé de leurs rêves ? Qu’ont-ils rapporté de ce monde promis pour apaiser les terreurs de la vie ? Ont-ils serré la main de l’ange ? Deux yeux, un regard comme un puit dans un désert aride, parfois des ailes brodées, fragiles comme la vie, un lambeau de vêtement se confondant aux lambeaux des chairs asséchées, nous sommes et seront de toute éternité les morts qui marchent, les morts qui regardent, les morts qui frémissent à la beauté, les morts repus d’une vie de passage…

Comètes des profondeurs valsant harmonieusement, les méduses danseuses nous font découvrir ce refuge loin des hommes, ce territoire non exploité du fin fond des océans, pour nous rappeler les profondeurs de notre âme, de notre cœur, de nos peurs, de nos limites. Ici en osmose avec la femme, épouses de marins perdus, cette autre peur de l’homme dans les profondeurs de laquelle il plonge et si souvent ne revient pas. Coupures invisibles, sutures parfaites, la chirurgie de Frédérique Longrée n’a pas de cicatrices, elle est l’évidence même que le regard est l’épicentre de nos vies, le soleil celui de nos ténèbres. Rien de sombre, juste un sortilège avec la lumière, créatrice de vies. Frédérique Longrée accorde ce qui semble pour l’éternité, incompatible, la vie et la mort indissociable l’une de l’autre, cette mort que nous traînons durant toute notre vie, cette mort que le vivant invite à danser.

Krzysztof Styczynski

Une des cinq créations tirée de sa série intitulée ” L’Érosion du silence “
© Frédérique Longrée, photocollage